Egalité salariale : Marlène Schiappa annonce une politique de répression :

Le sujet des inégalités homme/femme en termes de salaire est un sujet complexe dans la mesure ou les comparaisons sont susceptibles de nombreux biais statistiques. Il est facile d’y comparer les choux et les carottes.

Plusieurs chiffres circulent et sans doute nous pourrions débattre longuement sur les causes et l’ampleur exact du phénonomène.

Mais disons le clairement, nous n’en sommes plus là. Il a été imposé l’idée, avec un battage médiatique réglé et millimitré par un appareil militant ultra-efficace, que les femmes sont discriminées en termes de salaires.

Le gouvernement passe donc à la phase répression. Et la ministre du droit des femmes (femmes.gouv.fr), Marlène Schiappa, annonce qu’elle va mettre en place un système permettant de prélever directement les amendes dans les entreprises » ne respectant pas l’égalité salariale. Les DRH vont donc s’adapter à coup « d’amendes » et de « public shaming ».

Pour les homme plusieurs conséquences de cette politique de répression :

Au moment de l’embauche, à compétence supérieures ou égales à celles d’un CV féminin vous risquez d’être discriminé simplement parce que vous êtes un homme.

Durant votre carrière, les efforts que vous faîtes pour votre entreprise (sur-investissement, heures supplémentaires et votre talent) risquent désormais de ne plus récompensés soit par des primes, des augmentations de salaires ou encore des promotions afin d’éviter une inégalité avec une collégue.

Le signal envoyé aux hommes français, dans ces temps où le manbashing est très tendance, est très simple :

vous êtes des usurpateurs, vous ne méritez pas votre salaire.
vous êtes des oppresseurs en situation de privilégiés et donc il est normal que vous soyez discriminés à l’embauche et durant votre carrière.

L’agenda est connu. Il faut féminiser l’organigramme de direction (Voir A.Rosin The end of men) et faire sauter le plafond de verre.

Accentuer l’echec scolaire des garçons d’années en années en ignorant le problème, procèder à du bourage du crâne à coup de « menbashing et d’empowerment des femmes » et la discrimination des hommes dans l’entreprise désormais encouragés par l’Etat sont les piliers de cette politique égalitariste.

L’image ci-dessous résume bien mieux que de longs discours, l’hypocrisie de nos tartufes.

Couvrez ces inégalités que je ne saurais voir :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.