On se marie plus tard et moins

Le mariage serait désormais « un contrat qui unie des gens qui ont des patrimoines, des affaires, et ont souvent plus intérêt à se marier qu’à se pacser« .

Ce que ne dit par l’article, c’est que c’est avant tout et surtout un contrat qui entre une fois sur deux et une fois sur trois est rompu à l’initiative des femmes et qu’il a surtout pour objet de gérer financièrement les conséquences de la séparation.

Trois générations  ont vu comment leur père avait été traité (prestations compensatoires et pension alimentaires punitives), droit du père réduits, et semblent avoir compris la leçon. D’autres semblent encore candidats et totalement inconscients des risques inouïes qu’ils prennent juste pour gagner quelques centaines d’euros d’impôts.

De fait, être un homme et se marier de nos jours présente uniquement un intérêt fiscal mais l‘idée, dans l’air du temps, que la déclaration d’impôt commune soit remise en cause annihile complètement l’intérêt du mariage.

Comme le rappelle Franck Eliard un divorce : « c’est presque aussi lourd que la liquidation judiciaire d’une société, c’est de la comptabilité dans tous les sens, avec des mois de procédure … La plupart des époux n’ont pas conscience de cela, pas plus que les candidats au mariage ».  

  

Le parti communiste, les sextoys et la prostitution silliconée !

Surmortalité des pères célibataires

La surmortalité des hommes est un phénomène bien connu, celle des pères célibataires vient de faire l’objet d’une attention particulière par l’Université de Toronto.

Leur surmortalité atteint  un taux de de 5,8 pour mille tandis que celle des mères célibataires est de 1,7 pour mille.

Stress, douleur liée à la perte de l’enfant, éviction du domicile familial, les raisons ne sont pas difficiles à deviner. Nombre de pères plongent dans la dépression avec son lot de conséquences sur les conduites addictives utilisées à des fins d’anxiolytiques. Avec des pensions alimentaires qui parfois les étranglent certains ne peuvent rebondir et plongent.

L’étude pointe la nécessité de politiques de santé publique pour contribuer à identifier et soutenir ces hommes . En France,  bien entendu le ministère à l’égalité des femmes ignore le problème.    

Lien vers l’étude. 

Une autre étude en ce sens menée en suéde : Premature mortality among lone fathers and childless men

Documentaire : Un pépin dans la matrice : Jordan Peterson

Un documentaire sur Jordan Peterson, qui après sa célèbre interview sur Chanel 4 avec Cathy Newman (vue plus 7 millions de fois), est désormais considéré comme l'un des penseurs les plus influents ayant emergé de la contre-culture en ligne ces dernières années.  

Un homme se suicide toutes les heures

L’observatoire national du suicide vient de sortir son 3eme rapport.

Les chiffres sont effrayants. Un homme se suicide presque toutes les heures.

Sans doute parce que ce phénomène touche principalement et massivement les hommes (3,4 fois plus d’hommes suicidés que de femmes) aucune politique publique n’est mise en place.

Le ministère de la Santé et le secrétariat à l’égalité homme/femme sont aux abonnés absents. Il est vrai que ce suicide massif des hommes ne cadre pas avec le discours officiel d’oppression des femmes. Le mal être masculin, officiellement ça n’existe pas.

Échec scolaire des garçons, burn out et intensité du travail pour faire vivre sa famille, divorce menant à la ruine, éviction du logement familial, gardes des enfants retirées, crise de la masculinité et dévalorisation systématique du masculin .. les pistes sont nombreuses et connues des spécialistes.

Mais ces 8000 morts par an ce n’est pas la priorité de nos politiques. La priorité se sont les femmes et les mères.

Gynocentrisme d’Etat quand tu nous tient …… les hommes meurent.

Femmes.gouv.fr censure les résultats d’une consultation publique sur l’égalité des femmes !

Du 30 octobre 2017 au 22 décembre 2017, Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat en charge de l’égalité (sic) entre les Femmes et les hommes (femmes.gouv.fr), a lancé un dispositif de consultation publique.

Vous voulez connaitre les résultats ? Et bien vous ne connaîtrez que certains d’entre eux car semble-t-il les résultats du sondage ne peuvent pas être publiés dans leur intégralité.

Sont-ils politiquement incorrects, sont-ils non-conformes aux attentes du féminisme d’état et du féminisme business-subventionné ? On peut se poser la question face à cette publication partielle.

Au moins l‘on sait que plus de 60% des 23 000 participants estiment que l’égalité salariale n’est pas une priorité (sic) …

Feminicide : Tuer une femme plus grave que tuer un homme

Les associations féministes reprennent le lobbying pour faire reconnaître dans notre droit « le féminicide » (meurtre d’une femme). Il existe déjà la circonstance aggravante de meurtre sexiste (pouvant aboutir à la perpétuité), mais cette fois il s’agit d’introduire dans notre droit une circonstance aggravante qui ne concerne que les femmes.

Cette revendication rompant avec l’égalité des droits et l’universalisme du droit s’inscrit dans la lignée des revendications visant à la reconnaissance d’une présomption de légitime défense différée pour les femmes. 

Garde alternée : Touche pas à mes allocations et à ma pension alimentaire !

On savait déjà que l’égalité homme/femme s’arrêtait là où commençait le droit des mères. On pourra rajouter désormais qu’il s’arrête aussi là où leurs intérêts financiers commencent. Face à la proposition de loi du député  Philippe Latombe (LRM) visant à faire de la résidence alternée l’option  devant être étudié de façon privilégiée, les associations féministes sont montées au créneau par la voie notamment de la députée Daniel Obono, soulignant notamment les conséquences financières pour les mères. De fait, elles devront partager les allocations familiales et auront des pensions alimentaires moindre puisque l’enfant ne sera plus forcément chez la mère 85% du temps comme c’est le cas en matière de garde classique (1 week-end sur 2). 

Pour mémoire cette proposition de loi vise simplement à corriger le fait qu’il a été constaté que lorsque la mère s’oppose à la garde alternée, le père n’a que 4% de chance de l’obtenir. Ce qui en fait un parent de second rang.

Ajoutons qu’il est toujours amusant (ou désolant) de constater le double discours des féministes expliquant à longueur d’année que les hommes doivent s’investir dans la paternité et de les voir dans le même temps lutter contre la résidence alternée.

C’est ici l’une des meilleures preuves que le féminisme actuel tient un discours sur l’égalité que pour corriger les inégalités dont sont victimes les femmes.  

Point favorable, Marlène Schiappa c’est déclarée favorable à ce principe. C’est la première fois que la ministre à l’égalité prend une position en faveur de corriger une inégalité touchant les hommes … il était temps… cela mérite d’être remarqué et salué. 

Ne nous réjouissons pas trop vite cependant, le texte a déjà été vidé de sa substance. Les juges aux affaires familiales (90 % sont des femmes) pourront donc continuer à rejeter les demandes des pères si la mère s’y oppose.

Les débats sur le site LCP

Affaire à suivre….

Une campagne pour remplir les banques de sperme en vue de la PMA sans pères :

La PMA pour toutes, aussi appelée la PMA sans pères, portée par le Secrétariat des Femmes (femmes.gouv.fr) a besoin d’étalons mâles ! Aussi, une nouvelle campagne est lancée par la banque du sperme pour recruter d’avantage de donneurs.

De fait, en 2015 seul 255 hommes ont pris le risque de faire un don de spermatozoïdes  et c’est manifestement trop peu pour faire face aux demandes que va entraîner la possibilité pour les femmes célibataires et lesbiennes d’accéder à ces banques d’étalons mâles humains.

Là où le bas blesse c’est que cette campagne met en avant le fait qu’il s’agit d’aider des couples stériles à avoir des enfants, alors que l’on sait pertinemment désormais que ces dons seront probablement utilisés très prochainement pour des femmes célibataires ou lesbiennes d’ailleurs peut-être bien plus nombreuses en nombre que les couples stériles.

Ce que ne savent par contre pas les donneurs, a qui on présente leurs dons sur le même plan que « OFFRIR DES CADEAUX, DES FLEURS, DES CHOCOLATS« , c’est qu’en raison de la jurisprudence de la CEDH reconnaissant à tous les enfant le droit de connaitre leurs origines, c’est que leur anonymat ne sera pas forcément garanti dans le temps.  Notamment si la CEDH force les états nationaux à lever l’anonymat du don, ce qui est très probable.

Pour les donneurs ce ne sera pas seulement des enfants qui débarqueront dans leur vie ce sera aussi mécaniquement les obligations morales et peut-être même juridiques qui vont avec (reconnaissance de paternité, pensions alimentaires, héritage). Car ces enfants auront à l’évidence le droit légitime de demander à leur père d’assurer leurs obligations puisqu’ils auront fait la démarche de leur donner la vie et il sera difficile moralement, juridiquement et même éthiquement d’y faire obstacle sauf à créer une inégalité entre les enfants.

Il est alors fort probable que ces donneurs comprennent que donner la vie ce n’est peut être pas comme donner des chocolats ou des fleurs … 

MGTOW si vous êtes informés suivez votre propre voie…

Pour aller plus loin :

Dons de sperme plus tout à fait anonymes

EN BELGIQUE, L’ANONYMAT DES DONNEURS DE GAMÈTES S’EFFRITE

L’anonymat des dons de sperme bafoué aux Pays-Bas

Don de sperme : faut-il conserver la règle de l’anonymat ?

NEOMASCULIN : MGTOW une autre vision de la masculinité moderne

Le site neo-masculin a publié un article intitulé « MGTOW une autre vision de la masculinité moderne ».

L’occasion de vous faire découvrir un site qui traite de la masculinité en dehors des chemins balisés par l’atmosphère culturelle ambiante allant de l’homme coupable à la masculinité toxique en passant par la virilité « has been ». On y apprécie notamment la diversité des thèmes abordés, la qualité rédactionnelle des articles, la pondération, mais sans faux-semblants, dans l’analyse.

Le site n’est pas MGTOW et le revendique mais il a bien compris que ce qui différencie les mouvements masculins qui se mettent en marche ces dernières années, quelque soit leur forme (MRA, RED PILL, MGTOW etc.), est moindre que ce qui les réunis. A savoir notamment :  la volonté de se saisir des questions liées à la masculinité et la volonté de ne plus laisser le champs libre aux « women studies » pour dire ce qu’est ou doit être un homme, le masculin ou la virilité.

Le combat culturel a mener autour de ces questions est omniprésent sur le site neo-masculin. Les contributeurs ont à l’évidence conscience que derrière les questions masculines se cachent des enjeux civilisationnels qui doivent être mis à jour pour ne pas construire, les yeux bandés par un progressisme béa, une société dont nous pourrions tous et toutes amèrement regretter les effets.

Un site incontournable pour qui souhaite réfléchir à ce que c’est que d’être un homme en ce début de XXIème. A vos bookmark !